Les points de
passage du Vendée Globe

Les skippers du Vendée Globe réalisent un tour du monde d’Ouest en Est suivant un parcours précis en partant des Sables d’Olonne, traversant différents océans et longeant plusieurs pays. Retrouvez les grands caps et points de passages traversés par les skippers lors de leur aventure.  


Déplier toutes les réponses
Masquer toutes les réponses
  • Le port des sables d'Olonne

    Le port des Sables d’Olonne est composé de plusieurs bassins : de pêche, de plaisance et de commerce. A l’occasion du Vendée Globe, un village est aménagé au niveau du Port Olona. C’est le port de plaisance de la ville. 

     

  • Le Golfe de Gascogne

    Bien qu’il qualifie plus une zone géographique située entre le sud de la Bretagne et la pointe nord-ouest de l’Espagne, le Golfe de Gascogne est le siège d’un phénomène de basses pressions appelées dépressions atmosphériques qui peut amener des coups de vent mémorables, des houles impressionnantes et cassantes et des pluies soutenues.
    Ajouté à un trafic maritime assez dense, le Golfe de Gascogne se révèle comme le premier piège météo des skippers.

  • L'équateur

    L’équateur est une ligne imaginaire qui fait le tour de la terre à son endroit le plus large. Il mesure environ 40 075 km. Il marque la séparation entre les hémisphères Nord et Sud. L’équateur est à la même distance des pôles Nord et Sud.

     

     

     

    Le passage de l‘équateur appelé “le passage de la Ligne” est une tradition à laquelle tous les marins tiennent. En équipage, quand un marin passe pour la première fois l’équateur, il est chahuté par ses camarades et ils font des offrandes à Neptune, le roi des mers. C’est un moment de fête, comme un baptême initiatique. Les nouveaux du Vendée Globe perpétuent, seuls, la tradition ! 

  • Le Cap de Bonne Espérance

    C’est l’un des caps les plus dangereux au monde du fait des vents violents qui y sévissent et des courants contraires des océans Atlantiques et Indien. Pour les navigateurs du Vendée Globe, le franchissement de ce cap symbolise l’entrée dans les mers froides et agitées du sud du globe.

     


     

    En 1488, un explorateur portugais, Bartolomeu Dias, tente de contourner par le sud la côte africaine afin de trouver une route maritime vers les Indes. Aux alentours du sud du continent africain, la flotte est prise dans une tempête qui rabat vers la côte, à hauteur de la baie Sainte-Blaise (appelée aujourd’hui baie Mossel), à 370km à l’est de la pointe de l’Afrique du Sud. Bartholomeu Dias s’aperçoit qu’ils ont franchi, sans le voir, le Cap de Bonne Esperance et son maintenant dans l’Océan Indien. Il décide de poursuivre l’exploration, mais son équipage se rebelle. En faisant demi-tour, il reconnait la pointe et la nomme Cap des tempêtes. Par la suite, pour ne pas effrayer les marins, un nouveau nom lui sera donné : Cap de Bonne Esperance.
    Cette découverte est capitale : elle prouve qu’il existe une route maritime vers les Indes. 
     


Déplier toutes les réponses
Masquer toutes les réponses
  • La Zone d'Exclusion Antarctique (ZEA)

    Dans cette zone très australe, un danger guette les marins : il s’agit des icebergs, ces blocs de glace qui se détachent du continent, ou encore les growlers, des morceaux de glace flottant en surface et difficiles à repérer sur le radar. Pour éviter un maximum le danger pour les participants, la direction de la course a mis en place une Zone d’Exclusion Antarctique : il s’agit d’une ligne imaginaire (formée de 72 points en fonction de la position des glaces au moment de la course) qu’il est interdit de franchir, imposant ainsi aux skippers de ne pas trop s’approcher de l’Antarctique et donc de ces dangers invisibles. 

  • Le cap Leuuwin

    Situé à la pointe Sud-Ouest de l’Australie, le cap de Leuuwin est très au nord de la route empruntée par les skippers. Il ne constitue pas, comme on semble souvent le croire, l’entrée dans le Pacifique qui commence au sud de la Tasmanie.
    Au cours de la course, ce cap marque le départ définitif pour les mers du sud avec ses conditions météo extrêmes. C’est un peu le début de l’ascension du sommet de l’Everest !

     

     

    Ce cap doit son nom au navire hollandais Leeuwin (lionne en flamand) qui le découvrit en 1622.
     

  • Le point Nemo

    Le point Nemo ou « pôle maritime d'inaccessibilité » est le point de l’océan le plus éloigné de toute terre, l’île la plus proche est située à 2 688 kilomètres.

     


    Ce point doit son nom au Capitaine Nemo, célèbre personnage du roman de Jules Verne « Vingt mille lieues sous les mers ». En effet, Nemo signifie en latin « nul » ou « personne ». 

  • Le Cap Horn

    Les vents forts et les vagues puissantes de cette région ont donné au Horn la réputation d’être certainement le passage le plus périlleux pour les navires.
    Passer le Cap Horn est l’occasion de  célébrer à bord. En effet, pour les skippers du Vendée Globe, le plus dur est passé : fini les icebergs, les conditions polaires, les gants, les bonnets, etc. Pour passer ce cap il a fallu descendre au maximum, longer le 60e et maintenant, route vers le Nord : la mer se réchauffe et les vents se calment. C’est la dernière ligne droite avant l’arrivée. Mais attention, il faut rester vigilant car tout peut encore arriver !

     


    Ce cap porte le nom d’une ville des Pays-Bas, Jacques Lemaire, Guillaume Schouten et leur équipage, partis le 16 mai 1615 du port de Horn aux Pays-Bas ont atteint le Cap Horn le 31 janvier 1616, pour la première fois. Ils lui donnèrent le nom de leur port d’origine. 
     

Découvrez aussi ...

Les animaux du Vendée Globe

 

Tout en vous amusant, apprenez-en davantage sur les animaux marins.

 

Jouer 

La carte aux objets cachés

 

Partez à la recherche des objets cachés sur la carte et découvrez leur histoire !
 

Jouer

Le quiz du skipper

Devenez incollable sur le Vendée Globe !

Testez-vos connaissances sur le Vendée Globe et le monde marin en répondant aux questions.
 Jouer